Dans une note biographique, l’Encyclopédie canadienne1 résume la carrière de ce géographe et terminologue de renommée internationale:



«Louis-Edmond Hamelin, géographe (Saint-Didace, Qc, 21 mars 1923). Après des études en économie, il s'oriente vers la géographie et achève un doctorat à Grenoble sous la direction de Raoul Blanchard; plus tard, il obtient un doctorat d'État de La Sorbonne. Professeur de géographie à l’Université Laval, il introduit de nouveaux concepts et de nombreux néologismes afin de mieux exprimer la réalité géographique québécoise. Ses recherches l'orientent rapidement vers le monde circumnordique, ses états, sa polarité et les peuples qui l'habitent. En 1961, il fonde le Centre d'études nordiques d'où il produira des publications nombreuses et variées. Plusieurs ouvrages de L.E. Hamelin traitent du thème des pays froids, dont le périglacaire, la nordicité canadienne et bien sûr, le Canada; une centaine d'articles majeurs examinent également ces sujets.

Chercheur ardent, il a touché à presque tous les domaines de la géographie. En géographie physique, outre le périglaciaire, il a abordé la géomorphologie et l'hydrologie. En géographie humaine, il s'est beaucoup intéressé aux autochtones, à l'environnement et, au rang d'habitat. Initiateur remarquable, il a formé plusieurs générations de géographes québécois tout en rayonnant à l'étranger. Il fut un administrateur universitaire de haut calibre, tour à tour directeur de département, de centre de recherche et recteur d'Université à Trois-Rivières. Il a été membre de l'Assemblée législative des Territoires-du-Nord-Ouest et a reçu de nombreuses distinctions, dont le Prix du Québec et le Prix du Gouverneur général en 1976. »
1http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0009395

Louis-Edmond Hamelin a été nommé Officier de l'Ordre du Canada, Grand officier de l'Ordre national du Québec et Officier de l'Ordre des Palmes Académiques de la République française et au Québec, il a prêté son nom à une rue, une chaire universitaire, une bibliothèque municipale et un petit bateau de recherches. Ses néologismes glaciel (glaces flottantes) et Colline Blanche (premier site culturel classé au Nord du Québec) sont présents en toponymie; dans des dictionnaires, un sens de nordique qualifie l'espace circumpolaire dont fait partie le Nord du Canada; nordicité (équivalent anglais, Nordicity) comme terme en voie de lexicalisation, est utilisé dans les domaines scientifique, numismatique, littéraire et en gravure.

Le professeur Hamelin est décédé le 11 février 2020. Il était un pionnier de la recherche nordique, un bâtisseur et un intellectuel dont le Québec se souviendra. Il avait de bon cœur accepté de prêter son nom à la chaire, lorsque, il y a 20 ans, nous avions souhaité lui rendre ainsi hommage et contribuer à faire connaître son œuvre aux nouvelles générations de chercheurs marchant dans ses pas.

Plusieurs sites Internet font état du parcours biographique et de la production scientifique du professeur Hamelin. Nous nous limitons à en suggérer deux. Le premier site traite de tous les aspects de la vie et de l’œuvre de M. Hamelin; le second donne accès à une partie du travail lexicographique qu’il a accompli.

http://lehamelin.sittel.ca/
http://catfran.flsh.usherbrooke.ca/catifq/hamelin/

Attribution des bourses Louis-Edmond-Hamelin pour l’année 2020-2021

Bourse d’excellence
La bourse d’excellence a été attribuée à Mme Myrtille Bayle, candidate à la maîtrise scientifique en architecture. La recherche de Mme Bayle porte sur l'intégration des valeurs et des attentes des Inuit dans l'habitation au Nunavik. Elle est dirigée par Madame Myriam Blais.

Bourse de fin de rédaction
La bourse de fin de rédaction a été attribuée à Mme Rosalie Champagne-Côté, candidate à la maîtrise en sciences forestières. Mme Champagne-Côté s'intéresse à la mise en place d'aires protégées autochtones ainsi qu'aux moyens de valoriser la culture autochtone dans les outils de gestion en conservation. Elle est dirigée par M. Jean-Michel Beaudoin.

Subvention à la mobilité
La subvention à la mobilité a pour objectif d’aider à défrayer les coûts reliés à la cueillette de données pour des étudiants ou étudiantes aux études supérieures dont l’objet de recherche nécessite une enquête sur le terrain. Le contexte particulier qui découle de la pandémie de COVID-19 a fait en sorte qu'aucune candidature pour la subvention à la mobilité n'a été reçue cette année.


Biographie | Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée